Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On se souvient de la video qui circule sur Internet à laquelle j'ai consacré un post la semaine dernière. Les auteurs prétendaient que l'insécurité y était une invention de la droite, brandie pour détourner des vrais problèmes. Les faits, hélas, prouvent au contraire que de plus en plus souvent le quotidien des Français est assombri par le stress des incivilités et la peur de l'agression.

Je dînais hier soir avec des amis habitant depuis longtemps dans la petite ville de province, tranquille jusqu'à présent, où je viens de m'installer, et j'ai eu la surprise d'entendre l'une des convives, femme dynamique, qui n'a pas froid aux yeux, femme de gauche au demeurant, par héritage familial et conviction, dire qu'elle n'irait plus au centre ville les mercredis et samedis après-midi à cause des bandes d'adolescents agressifs qui tiennent le trottoir, obligent les autres passants à marcher sur la route et les effleurent de leurs crachats... Elle ajouta que la tentation était forte de ruer dans les brancards, mais qu'elle ne s'y  hasardait pas, tant le phénomène de bande et la lâcheté qu'elle induisait chez les autres passants lui faisaient peur... et pourtant elle avait su, au cours de sa vie professionnelle, dompter un certain nombre d'adolescents "en difficulté" comme on dit pudiquement...
Dans un autre registre, on a pu lire, fin août, la lettre ouverte du député-maire de Cavaillon à M. Alliot-Marie et B. Hortefeux qui évoque une réalité quotidienne invivable et insupportable pour ses concitoyens mais aussi pour les finances publiques : incendie de voitures, incivilités, trafic de stupéfiants, dégradation de mobilier urbain...
Non, on ne peut plus dire qu'il n'y a de problèmes que dans les ghettos , les banlieues de Paris, Lyon ou Marseille. C'est toute la France qui ne s'y retrouve plus, et c'est toute la France qui, comme le maire de Cavaillon, commence à se poser la question de milices privées.
Le mot fait peur, mais quand le service public ne joue pas son rôle, comment ne pas applaudir l'initiative des commerçants de Royan qui, rançonnés, ont fini par organiser une opération punitive cet été ?

Que veulent donc nos gouvernants ? Faire des économies en laissant à la libre initiative de chacun le soin de faire sa propre justice et de payer pour sa sécurité ? On n'ose pas le croire, tant ce serait monstrueux, l'histoire nous a trop montré de cas où ces milices privées pouvaient devenir des bandes dangereuses capables de faire régner la terreur pour qui n'accepterait pas leurs desiderata. Alors quoi ??? On peut supposer que nos élites politiques, dépassées par le résultat de trente années de compassionnel, de culpabilité gauchisante et d'absence d'exigences éducatives ne savent pas, ne savent plus retourner la situation, craignant plus que tout les émeutes qui éclatent déjà, pourtant, pour un oui ou pour un non, ou plutôt dès qu'il s'agit d'appliquer la loi ou même simplement vérifier qu'elle est appliquée. C'est ainsi que les policiers qui contrôlent les papiers d'un automobiliste ou d'un possesseur de scooter se font caillasser... pour ne pas parler des réactions lorsqu'un policier en état de légitime défense tue un délinquant qui lui tirait dessus ...

Que croient-ils, nos dirigeants ? Qu'à faire l'autruche le danger va s'évaporer tout seul ? Bien évidemment, c'est le contraire qui se passe, et nous allons, peu à peu, vers une société moyennageuse, où partout régnera le rapport de force, en attendant, peut-être, une guerre civile. Qui est assez irresponsable pour la souhaiter et faire ce qu'il faut pour qu'elle explose ?   
Tag(s) : #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article