Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après les incitations de Christine Lagarde à parler la langue des affaires en France, le ministre de l'enseignement supérieur français crache dans la soupe. 
Valérie Pécresse aurait tenu à Bruxelles, en février dernier des propos dignes d'un ministre français : 
je ne milite pas pour imposer l'usage déclinant du français dans les institutions européennes à l'occasion de la prochaine présidence française de l'Union. 

On appréciera que la responsable des Universités françaises respecte la langue et la culture qu'on y enseigne au point d'en parler comme d'un passé révolu et démodé, faisant fi de sa richesse et des subtilités de communication qu'elle induit. On appréciera que Valérie Pécresse n'ait pas fait partie du train de départ lors du remaniement ministériel.

Valérie Pécresse milite pour le développement de l'anglais à l'Université, Christine Lagarde allant même jusqu'à réclamer des cours entièrement en anglais... 

Le libéralisme doit-il absolument faire disparaître les Etats-nations au profit d'une fédération ? Doit-il faire disparaître les langues nationales au profit d'une langue utilitaire, l'anglais et de langues minoritaires, régionales notamment, pour empêcher les citoyens de se comprendre, d'échanger, de se dire leurs émotions et leurs pensées ??? 
OUI. Cela fait partie de l'arsenal destiné à faire de nous des esclaves travaillant et  consommant sans rien dire.

Patience, le peuple se réveillera bien un jour. En attendant, inondons l'Elysée de courriers et de mails de protestation. Il nous reste au moins ce pouvoir.
  

Tag(s) : #FRANCOPHONIE

Partager cet article