L'islamophobie n'est pas un délit, mais de la légitime défiance

aff-islamophobie web

Cliquer ici si vous désirez participer à notre campagne en faveur de l'islamophobie.

LES RECETTES DE PORC DE NINI

Vous ne voulez pas manger halal ? Vous ne voulez pas risquer de tomber malade ? Vous ne voulez pas payer une dîme à une mosquée et financer le culte musulman ? Vous ne voulez pas manger la viande d'un animal qu'on a égorgé sans étourdissement, lui imposant une agonie de plusieurs minutes ? Vous ne voulez pas manger halal sans le savoir ?

Alors ne mangez que du porc, seule viande dont on peut être sûr qu'elle n'est pas halal.

RR autocollant porcVous voulez des recettes goûteuses, rapides, originales et bon marché ? Cliquez colonne de gauche dans la colonne Catégories sur "Recettes de Nini".

Agenda Résistance républicaine

aïd 28 septembre à 14h. Manifestation  à Bruxelles contre l'abattage rituel. 
Statue-liberte-Paris  7 octobre,  Christine Tasin à la dix-septième Chambre, pour  délit de blasphème ! 
 Unité et indivisibilité de la République

8 Octobre,  à 19h30, apéro-débat : régionalisme ou jacobinisme ? Les grandes régions de Hollande ou plus de régions du tout ? Pour ou contre la Charte européenne des langues régionales et minoritaires ?  La jacobine Christine Tasin et le régionaliste Richard Roudier débattront dans un café parisien de ces sujets cruciaux et d'actualité.   

belfort christine 28 octobre, Christine Tasindevant la cour d'appel de Besançon, pour délit de blasphème !
Statue-liberte-Paris Samedi 8 novembre réunion à Paris des adhérents d'Ile de France, animée par Christine Tasin
couverture-republique (1) Dimanche 9 novembre, mairie du 16e arrondissement, à ParisSalon des écrivains du Bnai Brith, organisé par le Bnai Brith Europe et la loge Ben Gourion, de 14 heures à 19 heures.Seront présents : Pierre Cassen et Ri7 (Le Guignol de l’Elysée), Christine Tasin (Qu’est-ce qu’elle vous a fait la République ?) et Elisabeth Lalesart (Pas de voile pour Marianne).

71, avenue Henri Martin, 75116 Paris

JUSTICE

Jeudi 11 avril 2013 4 11 /04 /Avr /2013 11:01

Le Musée du Louvre en fait les frais. Hier il a été fermé, les employés ayant exercé leur droit de retrait, exaspérés par la présence et l'activité incessante des pickpockets qui s'en prennent aux touristes mais aussi à eux. 

Selon la déléguée syndicale Christelle Guyader (SUD), «les agents expriment un ras-le-bol. Ils viennent parfois la peur au ventre au travail parce qu'ils se trouvent confrontés à des bandes organisées de pickpockets qui sont de plus en plus agressifs dont des mineurs, qui entrent gratuitement dans le musée et qui même interpellés par la police reviennent quelques jours plus tard».

 

Même Sud le dit. On se contentera de pointer ci-dessous la liste des bénéficiaires de la gratuité au Musée du Louvre.  S'il est louable de permettre à tous de bénéficier de la culture, on ne dira jamais assez à quel point la gratuité est contraire à l'égalité et permet à des gens sans foi ni loi d'entrer dans des lieux qui ne les intéressent pas pour perturber, voler etc. 

Il en est pour les musées comme pour l'électricité, l'eau, le gaz etc. La véritable égalité c'est que le pack culture, comprenant une ou deux entrées par an au Louvre fasse partie   des allocations ou aides versées ; ça n'est pas que chacun ait un traitement à part, particulier, avec son justificatif etc. Ensuite il appartient à chacun de faire ses choix. Si le musée est important pour lui il fumera moins de cigarettes, il marchera un peu plus au lieu d'utiliser le ticket de métro... J'ai connu des gens d'une pauvreté absolue qui, pourtant, achetaient des livres, pour eux et leurs enfants, quitte à ne pas manger de viande tous les jours. Ils étaient sereins et équilibrés et ne se plaignaient pas. 

Mais ce n'est pas avec le gouvernement que nosu avons que nosu aurons des mesures de ce genre.. Ils vont promettre quelques agents de plus, proposer des aménagements d'emploi du temps ou des primes de risques aux agents mais ne toucheront pas à l'essentiel, j'en fais le pari. 


 

La gratuité d'accès aux collections permanentes du musée du Louvre et au musée Eugène-Delacroix est accordée, sur présentation d'un justificatif en cours de validité, pour :
- les moins de 18 ans
- les jeunes de 18 à 25 ans résidents dans l'un des pays de l'Espace Economique Européen
- les enseignants titulaires du Pass Éducation
- les enseignants en histoire des arts, histoire de l'art, arts plastiques, arts appliqués, en activité, sur présentation d'un justificatif  mentionnant la matière enseignée
- les artistes plasticiens affiliés à la Maison des Artistes et à l'AIAP (Association internationale des arts plastiques)
- les demandeurs d'emploi et les bénéficiaires des minima sociaux (justificatif daté de moins d'un an)
- les visiteurs handicapés et leur accompagnateur.

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Jeudi 11 avril 2013 4 11 /04 /Avr /2013 04:52

Cher lecteur,
Je ne sais pas si vous parlez souvent, en public, de votre soutien à l’Institut pour la Justice. Pour ma part, j’avoue que je préfère parfois rester prudente, y compris en famille.
Car il faut bien reconnaître une chose, aujourd’hui, si vous vous investissez au côté des prisonniers, vous serez bien vu par tout le monde. On dira de vous que vous êtes une personne généreuse.
Mais si vous vous battez pour les victimes, c’est autre chose. On est facilement taxé d’alimenter la « soif de vengeance ». Même le simple fait de demander qu’un coupable soit sanctionné peut être assimilé à une attitude « répressive », voire « populiste ».
C’est pour vous éviter cette situation que nous avons préparé un manuel, avec tous les chiffres et arguments pour répondre aux personnes qui pensent que vous êtes animé par de mauvais sentiments lorsque vous vous mobilisez à nos côtés pour la défense de la Justice.
Car il faut bien comprendre ceci. C’est en général en toute bonne foi que les gens imaginent que notre arsenal « répressif » est suffisant.
Tous les jours, les gens entendent des experts leur expliquer que le crime a toujours existé, et que le risque zéro n’existe pas. Des documentaires passent à la télévision, où il est présenté comme une évidence que la prison est une école du crime, et qu’y envoyer les jeunes délinquants ne fait qu’augmenter la récidive. Des politiciens se succèdent dans les médias pour expliquer qu’il est « populiste » d’accuser les juges de laxisme et que la France mène une politique du « tout carcéral » et n’investit pas assez dans la « prévention ».
Ces discours sont omniprésents dans les grands journaux, dans les universités françaises et dans les syndicats de magistrats.
Et pourtant, une vraie connaissance de la réalité judiciaire, de la criminologie, et des statistiques de la délinquance en France, montre que ces idées ne correspondent en rien à la réalité.
Mais encore faut-il prendre un peu de temps pour s’informer. L’avantage est que, une fois que vous avez les vrais chiffres, vous n’avez plus rien à craindre. Ce sont au contraire vos interlocuteurs qui se sentent bien bêtes d’avoir été manipulés par les médias et les faux experts. Et c’est pourquoi nous avons publié ce manuel. Je vous recommande de vous le procurer au plus vite.
Savez-vous, par exemple, que le nombre de places de prison par habitant en France est inférieur de près de moitié à celui de l’Union européenne ? La ministre Christiane Taubira, qui justifie ses réformes laxistes par la nécessité de « sortir de la politique du tout carcéral », abuse donc tout simplement de l’ignorance de nos concitoyens à ce sujet.
Savez-vous qu’une toute petite minorité de criminels « suractifs » est responsable de 80 % des vols et des violences ? Les incarcérer permettrait de diviser par cinq ces délits et crimes sur notre territoire. Les « experts » qui affirment qu’il n’existe pas de solution à l’insécurité sont donc dans le déni de réalité.
Savez-vous que si les « suicides en prison » paraissent si nombreux, c’est parce que la presse passe presque systématiquement sous silence les cas, beaucoup plus courants, où ce sont les victimes qui mettent fin à leur jours : femmes violées, parents d’enfants assassinés, commerçants agressés, adolescents rackettés et harcelés ?
Savez-vous que la dissuasion – la fameuse peur du gendarme – est tout sauf une illusion ? Lorsque les policiers municipaux se sont mis en grève à Montréal en 1969, des délinquants se sont massivement rendus au centre-ville pour dévaliser les commerces, multipliant par quatre les vols habituellement commis. Avec la fin de la grève, la situation est redevenue normale. Il est donc faux de dire que remplacer les policiers par des assistantes sociales est plus efficace pour lutter contre la délinquance.
Tout cela, vous pourrez l’expliquer à votre entourage avec des mots qui portent lorsque vous aurez en main notre manuel. Il s’intitule « Quand la justice crée l’insécurité », et il a été publié aux éditions Fayard. C’est également un excellent cadeau à offrir à toutes les personnes qui vous entourent, et qui doutent de l’urgence absolue d’une justice plus ferme en France.
Vous y trouverez, de plus, de nombreuses histoires réelles, qui cloueront définitivement le bec à tous les prétentieux qui, d’un air narquois, vous expliquent que vous « manquez d’humanisme » lorsque vous vous scandalisez, avec nous, de l’indulgence dont bénéficient les criminels en France.
Vous aurez la preuve concrète que les idées que vous défendez avec l’Institut pour la Justice correspondent à l’intérêt général, au bien commun, et que c’est bien vous qui êtes du côté de l’humanisme et de la générosité bien comprise.
Enfin, vous l’aurez compris, acheter ce livre est un bon moyen de soutenir notre association et de contribuer à la diffusion de ses idées. Les droits d’auteur nous seront reversés. S’il ne vous plait pas, il vous suffira de nous le renvoyer et nous vous rembourserons.
Je vous remercie d’avoir pris le temps de me lire.

Avec tous mes remerciements,
Laurence Havel
Secrétaire nationale de l’Institut pour la Justice

Sources

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 16 mars 2013 6 16 /03 /Mars /2013 06:00

 

Intéressant, ce concept... quand une rue ou un quartier sont trop soumis à la délinquance (et, tant que les socialistes qui nous gouvernent n'auront pas réussi à imposer l'impunité totale pour les consommateurs de drogue comme pour les dealeurs, les dealeurs sont bien des délinquants qui empêchent paix, sécurité et tranquillité là où ils sévissent, on met en branle quelques mesurettes, comme les caméras... histoire non pas de mettre fin à la délinquance mais de faire cesser les doléances des habitants du quartier ou de la rue en déplaçant le problème  un peu plus loin.

Le temps que les gens constatent ce qui se passe, qu'ils commencent à faire des démarches, à se mobiliser c'est tout bénéfice pour les délinquants qui ont pu, pendant quelques mois (voire plus) supplémentaires (le temps passé étant directement proportionnel à la patience des riverains) continuer leurs activités... jusqu'à ce qu'ils soient à nouveau poussés à changer de quartier !

 

Alors, d'un côté, les cités où l'on se garde d'intervenir parce que l'on considère que si on met fin au trafic toute l'économie souterraine de la Cité s'écroulera et qu'il y aura des émeutes.

De l'autre, la fuite en avant dans les quartiers où ceux qui voudraient vivre et travailler "normalement" se révoltent et obligent à quelques réponses/mesures.

 

Mais jamais, jamais, la question n'est prise à bras le corps.

 

Ou plutôt, elle est traitée indirectement par les bisousnous qui nous gouvernent. Il va sans dire que réserver des postes au smic aux jeunes des quartiers va, tout à coup, les empêcher de dealer... Il va sans dire que ne pas les mettre en prison mais leur offrir des stages de formation et des rencontres avec des sociologues va faire disparaître toute la délinquance dont ils sont les auteurs, d'un coup de baguette magique...

 

Parce que, bien sûr, s'attaquer à l'immigration, appliquer la double peine, prononcer des peines dissuasives, tout cela ne servirait à rien, tout le monde le sait !

 

Il vaut mieux déplacer le problème, et tourner en rond !

 

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 15 mars 2013 5 15 /03 /Mars /2013 08:22

Bravo et merci à l'Agrif d'avoir tenu bon. L'auteur du livre et celui de la chanson haineuses seront jugés.

 

On se souvient du scandale lors de la sortie du livre. Pourtant aucune association anti-raciste, aucune association de défense de notre pays n'avait demandé un référé pour faire interdire ce livre.

 

J'avais écrit, en mai 2010, un article Et si moi j'écrivais un livre intitulé "Nique l'Algérie" ? afin de montrer le système (déjà !) des deux poids-deux mesures de notre pays. Le mien aurait forcément fait l'objet de demandes de référés pour l'linterdire et j'aurais, forcément, été poursuivie en justice pour racisme, colonialisme et tout ce que l'on connaît sur le bout des doigts.  Mais pour Nique la France... rien.

Seule l'Agrif est parvenue, après deux ans d'enquête du procureur, à obtenir qu'on ne laisse pas impunie une telle ignominie.

 

Plus que deux ans, et Résistance républicaine aura la possibilité, à son tour, de  poursuivre en justice tous ceux qui s'attaquent à la France et à la République (il faut 5 ans d'existence pour pouvoir le faire). Il y a du boulot et nos avocats vont devoir se consacrer à Résistance républicaine à plein temps, si notre association s'est suffisamment développée pour avoir les moyens financiers de ses ambitions bien sûr !

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 9 mars 2013 6 09 /03 /Mars /2013 09:45

Ils font très forts en Belgique ces temps-ci !

 


 Ostende 4mois fermes pour destruction d'un coran

 

Le pire c'est que le juge semble avoir fait du zèle, puisque les musulmans n'avaient pas porté plainte. 

 

Sans doute que la précédente condamnation avec sursis du prévenu a joué un rôle dans l'affaire mais de la prison, et fermé, pour avoir déchiré un coran.. Cela dépasse l'entendement et dit bien à quel point les libertés fondamentales sont menacées par l'islam et les islamo-collabos. 

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 8 mars 2013 5 08 /03 /Mars /2013 05:10

Hessel-Le-Pen-occupation-allemande-inoffensive-500x473.jpg

 

A lire sur Dreuz.info

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 7 mars 2013 4 07 /03 /Mars /2013 15:43

 

Ceux qui étaient présents le 3 février 2012 à la dix-septième chambre correctionnelle de Paris pour le procès de Pierre Cassen et Pascal Hilout se souviennent sans doute de la fin de la plaidoirie de Maître Joseph Scipilliti. Il y évoquait sa perplexité devant les notions, trop vagues, selon lui, de haine et de discrimination, chefs d'accusation des deux prévenus.

A l'occasion du procès de Jacques Philarchein, poursuivi à son tour pour les mêmes chefs d'accusation,  l'avocat de Résistance républicaine, le même Joseph Scipilliti, a donc décidé à l’audience du 23 janvier 2013 de poser la question de la constitutionnalité de l'article 24 alinea 8 de  la loi 29 juillet 1881, soutenu et rejoint par Maître Karim Ouchik, avocat de Renaud Camus lui aussi accusé d'incitation à la haine, à la discrimination religieuse etc. sur plainte du Mrap pour leurs discours tenus aux Assises de l'islamisation de nos pays, le 18 décembre 2010.     

Le précédent de la loi sur le harcèlement sexuel, retoquée, précisément, pour des mêmes raisons d'imprécision a donc conduit les avocats à déposer au tribunal  une QPC (question préalable de constitutionnalité), demandant au tribunal  de bien vouloir saisir la Cour de Cassation du problème.

Nous avons appris le 27 février dernier que la QPC plaidée le 23 janvier devant la 17ème chambre avait été jugée suffisamment pertinente pour que le tribunal accepte de la soumettre à la Cour de Cassation, à laquelle elle a été aussitôt transmise. Celle-ci examinera le dossier en son audience du 16 avril, et devrait rendre sa décision avant la fin du mois de mai/début juin.  Si elle estime, comme le tribunal, que la  QPC est sérieuse en apparence, elle sera alors transmise au Conseil constitutionnel qui devra statuer dans les trois mois : soit la loi est déclarée conforme à la constitution, et le procès de Jacques Philarccheïn et Renaud Camus reprendra, soit la loi sera annulée.

Dans ce dernier cas nos deux amis ne pourraient être jugés, et même si la loi était modifiée, elle ne pourrait évidemment être rétroactive, donc s’appliquer aux faits commis avant son entrée en vigueur.

Quoi qu'il advienne, nous remercions vivement notre avocat d'avoir fait cet énorme travail de repérage des ambiguïtés de la loi et de les avoir si bien traduites devant le tribunal.

Quelles conséquences pour les procès en cours ?

Le procès de Jacques Philarchein et de Renaud Camus est reporté sine die, la QPC étant suspensive. Il faudra donc attendre l’arrêt de la Cour de Cassation et éventuellement la décision du Conseil Constitutionnel.

Par contre, les choses sont plus compliquées pour le procès en appel de Pierre Cassen et de Pascal Hilout, qui doit avoir lieu le 27 mars prochain. Rappelons que sur plainte des associations dites anti-racistes, nos deux rédacteurs avaient été condamnés, le 25 mars 2012, à 12.200 euros d’amende et de dommages et intérêts.

Question de droit : jugée recevable par la 17ème chambre, la QPC engage-t-elle la Cour d'appel et ladite QPC a-t-elle par conséquent un effet suspensif qui s’étendrait également au procès de Pierre et Pascal ? Compte tenu de la nouveauté de l’exception de QPC, et des développements inédits que cette arme juridique impliquent nouvellement, la Cour a fait savoir à Karim qu’il n’était pas certain qu’elle soit tenue de suivre la 17ème chambre correctionnelle sur ce terrain. C’est pourquoi les juges de la Cour entendent, le 27 mars prochain, examiner cette affaire d’abord sur le volet de la QPC, tout en se réservant la possibilité de le faire également sur le fond du dossier. Autrement dit, la Cour se garde la faculté d’ajourner, à l’audience même, les débats sur le fond.

Conclusion : tous doivent être prêts, témoins, accusés, avocats et "nos troupes" le 27 mars, même si on fera peut-être le voyage pour rien. Donc réunions de travail nécessaires entre Karim, Guy, un autre avocat de RR, Pascal et Pierre. No comment…

Cela a également pour conséquence que nous ne pouvons bien évidemment, devant pareille incertitude, encourager les nôtres à venir soutenir Pierre et Pascal s'ils doivent venir des quatre coins de France ou d'Europe pour s'entendre dire que le procès n'aura pas lieu.  Bien entendu, si des provinciaux, Belges, Suisses etc. sont sur Paris à ce moment-là pour y voir des amis ou de la famille et en profitent pour soutenir les deux accusés, nous en serons heureux ! Mais nous comptons surtout sur les Parisiens libres, retraités notamment, qui pourront se libérer et être aux côtés de Pascal et Pierre, même s'il s'agit juste d'écouter la plaidoirie de leur avocat sur la QPC et… d'aller boire un coup à la sortie !

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 2 mars 2013 6 02 /03 /Mars /2013 12:30

Les syndicats font voter une loi amnistiant leurs casseurs ( J’ajoute qu’ils ont voté pour NORMAL 1er et son équipe de .........) ILS NE SAVENT PLUS QUOI INVENTER pour apaiser la grogne de leurs électeurs.

 


Maginet

 

A lire ci-dessous un article publié sur Le Cri du contribuable :


Le Sénat a adopté mercredi une proposition de loi communiste d’amnistie des délits commis dans le cadre de mouvements sociaux.
Cette proposition de loi a été votée par les groupes PS, CRC (communiste), les écologistes et la plupart des radicaux de gauche, Christine Taubira, garde des Sceaux, affirmant qu’il s’agit d’un texte de « justice ».


Les infractions commises entre le 1er janvier 2007 et le 1er février 2013, passibles de cinq ans d’emprisonnement (au plus) contre 10 ans demandés au départ, seront amnistiées !
Sont par exemple concernés les délits liés aux activités syndicales de salariés et d’agents publics, y compris lors de manifestations, les infractions commises lors de mouvements collectifs revendicatifs, associatifs ou syndicaux concernant le logement, ce qui revient à donner un blanc-seing au DAL, ATD-Quart Monde, etc. et à faire la promotion du "cassage"...



Le texte doit encore être validé par les députés mais il est clair que son adoption constituerait un pas décisif dans la justification de violences commises contre les entrepreneurs et l’outil de travail.
Pierre Laurent, sénateur et secrétaire national du PCF, ne s’y est pas trompé et s’est félicité que les syndicalistes puissent agir sans avoir « la peur au ventre », le Medef estimant de son côté qu’il s’agit d’un «appel à encourager la destruction et le cassage».


Ce texte aura des effets permissifs. Récemment, dans un village de l’Allier, les ouvriers de DMI, une entreprise de sous-traitance automobile, ont, par exemple, piégé leur usine avec des bouteilles de gaz en menaçant de tout faire sauter.
S’ils passent à l’acte seront-ils amnistiés ?


Il faudra être attentif à la future circulaire d’application de Christiane Taubira.
Depuis sa nomination, le garde des Sceaux a multiplié les mesures controversées. Après la suppression des tribunaux correctionnels pour les mineurs, elle vient d’offrir une impunité légale aux syndicalistes qui, comme les jeunes délinquants, ne seront plus condamnés dans la plupart des cas.


Christiane Taubira a sans doute des excuses. En septembre 2012, elle aurait été victime d’un « ictus amnésique », un syndrome qui affecte la mémoire.
Lors de cette phase d’avachissement mémoriel, elle a dû oublier que le ministre de la Justice est là pour protéger les victimes avant les coupables, les entrepreneurs plutôt que les casseurs, l’ordre républicain plutôt que les coups de mains cégétistes.


Un jour où l’autre, les électeurs-contribuables se chargeront de lui rafraîchir la mémoire.

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 1 mars 2013 5 01 /03 /Mars /2013 08:30

Taubira persiste et signe. Pour éviter la récidive, rien de mieux que de supprimer la prison...

Et puis, il paraît même qu'il ne faut plus parler de "récidive" mais de "recondamnation", de réinsertion mais de facteurs de désistance (mais oui vous avez bien lu, ce n'est pas une faute de frappe... Il en est pour la justice comme pour les réformes de l'Education nationale, on se rappellera celles qui promouvaient le remplacement du ballon par  le "référentiel bondissant"...

Excellente analyse de Raufer dans Valeurs actuelles, à lire ici :. Raufer et délinquance ValAct02-13

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 26 février 2013 2 26 /02 /Fév /2013 12:26

 Je vous invite à lire attentivement cet article et à écrire en nombre à l'ordre des avocats comme Julien Thémis vous y invite à la fin de son texte.

La lente islamisation de la justice se poursuit. J’ai exposé dans un précédent article comment les juges ont capitulé devant les musulmanes voilées qui au mépris des usages se présentent ainsi dans les salles d’audience des tribunaux, ce qui a entraîné de facto la disparition de cette marque de respect traditionnelle voulant qu’on se découvre en ce lieu. 

 http://ripostelaique.com/je-suis-avocat-et-je-refuse-de-recevoir-des-personnes-ayant-une-tenue-religieuse.html

 Le Barreau n’est pas en reste puisque dans le même article j’évoquais  le sujet d’examen de la session 2012 pour l’entrée au Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats de Créteil. Les candidats devaient rédiger une note de synthèse sur la finance islamique, à partir de dix documents dont un extrait du coran.

 http://www.dreuz.info/2012/10/scoop-dreuz-luniversite-de-creteil-prepare-discretement-les-futurs-avocats-a-pratiquer-la-sharia-le-droit-islamique/

 Un pas supplémentaire vient d’être franchi. Le Parisien du 25 février nous apprend, avec un enthousiasme non dissimulé, que la grande mosquée d’Argenteuil a organisé en son sein une journée d’information sur les métiers à l’intention des « jeunes ». On évite de dire « jeunes musulmans » pour ne pas avoir l’air discriminant, mais qui s’y trompe ?  Les professionnels qui animent cette journée sont « tous musulmans » : cette fois on le dit.

 Rappelons-nous. La mosquée Al Ihsan d’Argenteuil a été inaugurée en Juin 2010 par le premier ministre François Fillon, au mépris du principe de laïcité qui l’aurait empêché d’inaugurer une église ou une synagogue.  C’était la première fois sous la Vè République qu’un chef de gouvernement inaugurait une mosquée, déclenchant une polémique bien vite étouffée par les médias bien-pensants.

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2010/06/fillon-devait-il-inaugurer-la.html

 A cette occasion, Fillon s’était surpassé dans la dhimmitude, coupant le ruban aux côtés d’une petite fille voilée, puis prononçant un discours qui faisait l’éloge de l’Islam, « religion d’amour, de paix et de tolérance ». Qu’on songe au cataclysme qu’aurait provoqué un discours tenu dans une église et faisant l’éloge du catholicisme.

 Trois ans plus tard, cette mosquée démontre avec éclat ce que nous ne cessons de répéter : une mosquée n’est pas qu’un lieu de culte. Elle est un  foyer du communautarisme musulman : à la fois centre social, école, mairie bis, lieu de rencontre.  C’est pourquoi elle prend souvent le titre de « centre culturel », plus proche de la réalité, et qui lui permet aussi d’obtenir des aides à la construction de la collectivité en tournant l’interdiction du financement public des lieux de culte.

 Il s’agit par conséquent d’un lieu où se déconstruit la République, ce qui donne toute la mesure du scandale que constitue son inauguration par un premier ministre de la République, qui lui tresse des lauriers de surcroit. Que pèse l’âme de la France face au poids électoral de l’islam ? Demandez donc à Hollande, élu par 94 % des électeurs musulmans sous le regard envieux de la droite.

 C’est donc dans un tel espace qu’a eu lieu la manifestation communautariste relatée par le Parisien. En soi rien que de tristement courant au regard de l’islamisation croissante de notre société. Mais à un passage de l’article, le lecteur laïque bondit. Voilà ce qu’il lit :

 Les jeunes sont ravis de s’entretenir individuellement et de questionner ces pharmaciens, rois de la gestion ou de l’administration publique. La tête couverte d’un foulard et vêtue de sa robe d’avocate, Me Malika Toudji Blaghmi répond et rassure des dizaines de lycéens. Et souvent leurs parents. La juriste assume et « apprécie cette démarche communautaire ». « Il y a un fort déficit d’information et de valorisation de nos enfants qui n’osent pas viser de grandes carrières et de longues études à cause de leur milieu social, du poids de l’éducation et des traditions des familles musulmanes, regrette-t-elle. Je suis venue leur dire que, comme moi, ils peuvent eux aussi y arriver, à condition qu’ils y croient. »

Ainsi une avocate a pour la première fois officié en tant que telle dans une mosquée, revêtue de la robe qui symbolise sa fonction et du foulard qui marque son appartenance religieuse, dans une démarche qu’elle proclame sans vergogne communautariste.  

Ce faisant elle pourrait bien avoir violé gravement au moins deux règles déontologiques. Voilà en effet comment la loi du 31 décembre 1971 définit l’avocat :

 Article 3 

 Les avocats sont des auxiliaires de justice.

Ils prêtent serment en ces termes : "Je jure, comme avocat, d'exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité".

Ils revêtent dans l'exercice de leurs fonctions judiciaires, le costume de leur profession.

 Première violation : mépris de l’indépendance proclamée dans son serment. Afficher à la fois sa qualité d’avocat et son appartenance à une religion dans le lieu même où se célèbre cette religion, en superposant le costume professionnel et le signe vestimentaire de sa religion, n’est-ce pas renoncer à son indépendance en se soumettant au primat de la religion ?

Deuxième violation : abus du port de la robe. Au cours de cette cérémonie communautariste, l’avocate n’était évidemment pas dans l’exercice de sa fonction judiciaire.

 Des deux premières violations on pourrait déduire une troisième faute déontologique : « manque de délicatesse », motif fréquent de sanction disciplinaire.  En effet cette avocate a engagé sa profession et l’image de celle-ci dans sa démarche.

 On attend maintenant de savoir ce qu’en pense l’Ordre des Avocats du Val d’Oise. A cette fin, il convient de protester auprès de lui : on peut écrire en termes courtois mais sans concession, à l’adresse courriel suivante, en s’adressant à « Monsieur ou Madame le Bâtonnier ». 

 Aller sur le site  http://www.avocat-95.fr/   puis cliquer sur l’onglet « contact » et « contactez-nous ».

 Au cas où aucune réaction ne se manifesterait de la part de l’Ordre, le Parquet Général de la Cour d’Appel pourrait être saisi.

 A défaut de suite donnée à cette affaire par les instances compétentes, une suite serait donnée à cette carence par les ennemis de la laïcité. Tôt ou tard à n’en pas douter, le foulard sur la robe d’avocate ferait son entrée dans les prétoires. En attendant que les juges musulmanes fassent de même.

Laisserons-nous faire  ?

 Julien Thémis

 

 

 

 

Par Christine Tasin - Publié dans : JUSTICE
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires

Présentation

Qu'est-ce qu'elle vous a fait la République ?

couverture-republique (1)

12856 C V1-4

Ce livre de 76 pages sera disponible début décembre. Vous pouvez le réserver dès à présent en envoyant un chèque de 7,90 euros (livraison offerte) à Résistance républicaine, 101 avenue du Général Leclerc, 75685 Paris Cedex 14. Vous pouvez aussi le commander sur notre site, en cliquant sur « faire un don » et en versant 7,90 euros sans oublier dans la partie message de spécifier votre commande et l’adresse de livraison.

Promotion de pré-commande (pensez à vos cadeaux de fin d’année) : deux livres pour 15 euros, trois pour 20 euros, livraison comprise.

Leonarda

leonarda jpeg

Chanson censurée à écouter ici  Plus lecture des paroles possible  

Archives

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Recherche

Créer un Blog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés